Recherche

Apprendre

Cabinet de curiosités : le verre sous toutes les coutures

Le MusVerre regroupe à Sars-Poteries une collection fascinante d’œuvres en verre contemporaines et historiques. Mais le site accueille aussi des expositions temporaires, comme ce cabinet de curiosités à découvrir jusqu’au 21 août.

Musverre

« Vivre une expérience ! », c’est comme ça qu’Eléonore Peretti, directrice du MusVerre, notre guide le temps de cette visite, qualifie la découverte de ce cabinet de curiosités, qui aide selon elle à appréhender « toutes les facettes du verre » dans cette pièce à l’ambiance tamisée.

 

Mais d’abord, qu’est-ce qu’un cabinet de curiosités ? « Historiquement, développe Eléonore Peretti, le cabinet de curiosités est né à la Renaissance, quand des collectionneurs un peu fortunés ont décidé de rassembler des échantillons de la nature, mais aussi des échantillons de la production humaine pour les montrer et les valoriser. » La directrice du MusVerre et ses équipes, elles, ont choisi une approche un peu différente, en décidant d’étudier uniquement les facettes de la nature, et en les détaillant par chapitre. « Herbier secret », « Minuscules », « Insectes et compagnie », « Sous l’océan », « A poils et à plumes » et « Memento Mori (souviens-toi que tu vas mourir) » sont autant de portes d’entrée qui permettent de décoder ces différentes facettes. « C’est une sorte d’échantillonnage de la vie tout simplement, et on a choisi de ne pas y inclure les productions humaines, puisque finalement par un jeu de mise en abyme extrêmement subtil, tout ce que nous présentons ici sont des productions humaines, en verre uniquement », explique notre interlocutrice.

 

Sur le seuil, donnant le ton de cette déambulation, bien alignés sur plusieurs rangées, comme dans les officines du début du siècle dernier, des flacons d’apothicaire en verre soufflé bouche, datant de 1898, avec leur étiquette en porcelaine surlignée d’un trait d’or ! A l’intérieur de ces flacons, poudre d’amidon, blanc de baleine ou encore gomme arabique, « des ingrédients qui titillent l’imaginaire », souligne notre guide, ravie de cette entrée en matière. La salle grand angle, entièrement blanche auparavant, qui a la particularité de posséder une grande vitre ouverte sur l’extérieur et le bocage avesnois, a été transformée – « non sans crainte », comme s’en amuse Eléonore Peretti – pour donner le change et faire vivre cette exposition temporaire. Nous basculons alors dans un univers intimiste. Les reliefs en carton recyclé sur ces grands pans de mur évoquent le petit monde de la pharmacie d’antan. La scénographie signée par Franck Lecorne, un des collaborateurs du MusVerre, offre une illusion parfaite.

On retrouve au total une petite trentaine d’œuvres très bien éclairées qui ont pu être créées en résidence, prêtées par les artistes eux-mêmes ou par des institutions, ou tout simplement issues des collections de l’établissement. Dès le premier chapitre, on prend conscience des façons avec lesquelles on travaille ce matériau. Dès le départ, on est happé par cette variété des approches autour du verre qui se révèle davantage à chaque réalisation. Notamment cette œuvre composite à la fragilité déconcertante, qui investit le tronc d’un arbre, signée Julie Gonce, une artiste française spécialisée dans le travail du verre au chalumeau. « Vous voyez cette graduation intéressante entre le transparent et le bleu, ce sont des fils de verre étirés, qui viennent coloniser l’intérieur de cette souche », raconte la directrice. Ou encore cette autre œuvre, un peu plus loin dans la visite, qui met en scène un des démons d’une fresque de la basilique Saint-François à Assise peinte par Giotto di Bondonne (1267-1337), et soigneusement reproduit en verre recyclé par la Polonaise Marta Klonowska, « principalement en verre de bouteille coupée en tessons polis et fixés sur une armature grillagée », poursuit notre guide, « une pièce qu’on ne visualisait pas aussi grande et impressionnante, qui est devenue la pièce phare du cabinet de curiosités », précise-t-elle.

 

« Cabinet de curiosités », exposition temporaire à découvrir jusqu’au 21 août. MusVerre, 76, rue du Général-de-Gaulle, à Sars-Poteries. Ouvert de 11h à 18h, du mardi au dimanche.
Tél. 03 59 73 16 16. https://musverre.lenord.fr.

De ecarru

Publié le 28 juin 2022